Dustin Adamson

 

Dustin Adamson de oceanshutter.com nous a habitué à nous offrir de splendides films. Il remet le couvert avec un 2 ème chapitre à sa série “Stay With Us”.

Nous l’avons interviewé pour vous.

Quels équipements utilisez-vous actuellement ?

J’utilise un canon 1D X Mark II, avec un caisson Nauticam. J’utilise aussi différents types d’éclairages comme notamment Light and Motion, un trépied XIT 404 et un petit moniteur HD.

Quand avez-vous commencé la vidéographie sous-marine ?

J’ai commencé il y a peu près 6 ans, je n’y connaissais pas grand chose. Ma femme Tyra, qui est une photographe sous-marine fantastique, m’a appris les bases de la photo à mes débuts, puis je me suis formé tous seul par la suite. Il m’a fallu un peu de temps et pas mal de recherche sur l’internet avant d’arriver a un premier résultat acceptable.

Comment avez-vous conçu le concept de la série “Stay With Us” ?

J’étais en plongée à Bali en plein mois d’août et je venais de filmer un poulpe à bras long. La lumière était juste parfaite, c’était d’ailleurs ma scène d’ouverture pour le premier épisode. Ce poulpe était très coopératif, il est resté dans une position idéale pendant Presque 10 minutes. Je l’observais dans le viseur, je me suis même demandé si les Aliens pouvaient ressembler à cela. J’avais déjà expérimenté auparavant avec différents effets sonores dans mes vidéos précédentes, et je savais pertinemment que je voulais utiliser des fonds sonores sur mes vidéos macroscopiques.

J’ai toujours apprécié les effets sonores dans certains films de Howard Hall. C’est grâce ses films que me sont venues toutes ces idées et m’ont amené à l’idée du concept “Stay With Us”.

Quand je suis rentré chez moi, j’ai tout de suite commencé à éditer (chose que je ne fais jamais) et je finis 1/3 du film en environ une semaine. Mais il est devenu de plus en plus complexe de calquer les sons sur les images, et mon travail a progressivement ralenti. Il m’aura fallu finalement plusieurs mois pour finir le film.

La deuxième partie a pris entre 6 à 7 mois de travail. J’avais malheureusement moins de temps libre à consacrer au montage et il m’a donc fallu plus de temps pour achever le travail. J’ai toujours en tête de faire “Stay With Us” 3 et d’en faire une trilogie. L’histoire est celle d’un plongeur qui plonge et découvre l’univers marin pour la première fois. Je pense qu’il n’est certain d’apprécier ce genre de plongée lorsque l’on plonge pour la première fois. Cette série est justement faite pour montrer cette première appréhension, qui peut finalement être transformée en quelque chose de très fun, voire addictive. C’est également une expérience éducationnelle ; personnellement tout cela me procure une joie immense.

Avez-vous soumis “Stay With Us Part 2” à des festivals d’images spécialisés (sous-marins)?

Je l’ai soumis à quelques festivals mais je n’en fais plus autant qu’avant. Le film a récemment été ex æquo avec un autre film pour la première place au San Diego Undersea Film Expo. Un de mes festivals préférés. Nous essayons d’être présents tous les ans, mais cette année cela m’était impossible. Le film était aussi en pôle position au Turquoise Bay Film festival, ce qui est aussi un honneur. J’ai l’intention de participer à d’autres festivals.

Quel est votre meilleur souvenir pendant le tournage de “ Stay With Us Part 2” ? C’était très certainement la séquence d’ouverture avec le calamar. J’étais dans des eaux ténébreuses sur les îles Salomon avec ma femme et Greg Lecœur. Ce calamar nageait bien vite et m’a percuté sur la poitrine. Après cela, il est resté très proche de moi et c’est là qu’il a commencé à m’envoyer de l’encre, c’était dans la boîte !

Quand pensez-vous finir la 3 ème partie ? Utiliserez-vous de la fluorescence sous-marine ?

J’espère terminer la 3 ème partie avant la fin de l’année. Mais qui sait peut-être, je serais inspiré à nouveau. Je n’ai jamais fait de fluorescence sous-marine et je ne prévois pas ça pour cette 3 ème partie.

Quelle sera votre prochaine destination pour plonger ?

Je compte aller pour Roatan au Honduras le 28 octobre 2017, nous comptons aussi aller à Palau fin janvier.